Home > DISCOVER THE WORLD WITH PIKLIZ. > HAITI > Il était une fois Haiti...(1ère p… > Fête du Bicentenaire - 8 Décembre 1949.

Il était une fois Haiti...(1ère partie).

Album préparé par Frankie Morone.
Photos par Edouard Peloux.

Il était une fois Haiti...
Haiti évoque la terre de soleil......c'est le paradis exotique, c'est l'apogée de la Première République noire du monde. Notre île aux méandres pittoresques et aux structures montagneuses saisissantes est désignée "la Perle des Antilles".

Des décennies après notre indépendance, la capitale Port- au- Prince connait un essor florissant tant économique que socio-politique. Elle évolue presqu'au pair au développement des grandes métropoles d'Europe et d'Amérique avec lesquelles elle entretient des relations de négoce et d'exportation. La production locale est basée sur les principales denrées agricoles comme le café, le cacao, la canne à sucre, les fibres textiles de pite et de sisal.

Port-au-Prince devient bien vite un havre de paix, un coin géographique de rêve, une patrie accueillante. L'exploitation touristique, associée à l'expédition des produits agraires lui assurent une ère de prospérité. L'époque du bicentenaire de la ville de Port-au-Prince a vu les relations diplomatiques et commerciales se fortifier avec d'autres pays. Les visites successives de Chef d'Etat lui assurent une place dans la tribune des nations caraibéennes riches et favorisés. Il y eu aussi les mines de bauxite de la Reynolds près de Miragoane en contrat d'exploration dont la production massive atteint 613,000 tonnes in 1979, estimée $14.9 million in 1982.


Au cours de ces périodes de faste et d'opulence les gouvernements se sont succédés. L'on a constaté une baisse de la production per capita de l'économie haitienne. Aujourd'hui l'on découvre avec tristesse que l'Haiti d'autrefois n'est presque plus. Les problèmes du pays, si nombreux, vont de l'absence d'infrastructures dans toutes les sphères de la vie nationale, à la pérennité d'une pratique ouverte de dilapidation et d'appropriation des biens de l'Etat à des profits personnels. La menace du désastre écologique relié au déboisement, coûtant la vie à des milliers lors d'innondations et crues, la désolation, la faim et la misère des moins nantis, le chômage chronique, l'insécurite menacant les vies et biens, la pollution, l'insalubrité, l'absence de programmes de soins de santé, l'analphabétisme, l'incurie des dirigeants politiques sont a l'agenda de la problématique Haitienne.

Notre patrie nous fait penser à un navire en naufrage. Elle survit dans un état si lamentable que l'on a la nostalgie de ces temps d'autrefois, passé sur lequel se fondent nos espoirs de changement pour qu'elle redevienne encore notre terre de soleil, notre Haiti Chérie !!

Nous avons le privilège de partager avec vous cet album historique de la ville de Port au Prince de la période de 1933 a 1950. Ces photos sont une reproduction partielle des clichés tirés du livre d' Edouard Peloux intitulé "Il était une fois Haiti..." Nous espérons que ces images vous feront plaisir et nous vous invitons à partager avec nous vos précieux commentaires. Remerciments anticipés.

Mille mercis aussi à Kate, Serge et Yanick. Sans eux la publication de cet album ne serait possible.

PROTECTED
 
(C) PIKLIZ.COM

Fête du Bicentenaire - 8 Décembre 1949.

Fête du Bicentenaire - 8 Décembre 1949.



Le président Estimé enregistra également un succès d'envergure: l'inauguration de l'Exposition Internationale de Port-au-Prince. Sous le contrôle des ingénieurs Moody et Hood et de nombreux autres responsables: des contremaîtres, des maçons, des charpentiers, des ébénistes, des artisans, des artistes, des muralistes, des sculpteurs, des peintres, des décorateurs, des jardiniers paysagistes construisirent sur l'aire de la nouvelle Cité de l'Exposition les pavillons des nations et des grandes sociétés industrielles participantes. La France, L'Italie, Le Canada, Les États-Unis, l'Argentine, le Mexique, La Syrie, Cuba, le Vatican, Le Venezuela avaient répondu à l'invitation d'Haiti qui inaugurait le 8 décembre 1949 la première exposition internationale après la seconde guerre mondiale. Jardins, places publiques, parcs, kiosques, pavillons étrangers et haïtiens, restaurants, dancing, casino International, "la superbe Fontaine Lumineuse" et le Théâtre de Verdure composaient cette magnifique réalisation qui apporta une vie nouvelle aux activités nocturnes de Port-au-Prince. La Cité de l'Exposition signifia vraiment le début d'une ère nouvelle ou Haiti trouva une place de choix sur la carte touristique internationale. Le président gagna une fois de plus son pari car l'inauguration fut suivie de débarquements massifs de touristes étrangers provoquant un flot de dollars qui se déversait dans l'économie du pays.

"Estimé avait réussi, par la force étonnante de sa seule vision, à rénover la capitale haïtienne, à la transformer, pour un moment, en capitale culturelle des Ameriques, en une ville brillante et moderne qui vivait dans le tourbillon grisant des célébrations fastueuses, des galas mondains, des solennités officielles, des attractions foraines et des feux d'artifices. Port-au-Prince accueillait Dizzy Gillespie, Miles Davis, les grands ensembles symphoniques, les chanteurs de la Scala de Milan, la troupe du Grand Opéra National de New-York, la cantatrice américaine Maria Anderson, les orchestres populaires cubains, les vedettes de la chanson latino-américaine, Celia Cruz, Daniel Santos, Alberto Beltran, Bebo Valdes qui, dans une ambiance de cosmopolitisme et de fraternité se joignaient aux célébrités locales, Frantz Casseus, Ernst Lamy, Lumane Casimir, Mme Renaud, Ti Roro, Issa El Saeih. Haiti offrait aussi ses richesses patrimoniales à la curiosité des visiteurs et faisait découvrir la Citadelle du roi Christophe et le palais de Sans-Souci, pendant que sa capitale se métamorphosait, se dotait d'une infrastructure d'accueil touristique flambant neuve avec ses grand hôtels luxueux, Ibo Lele, El Rancho, Villa Créole, Beau Rivage, ses clubs de nuit, son casino, ses cafés, ses restaurants construits a coups de millions avancés par la Banque Nationale. Ne voulant pas que le gouvernement fut le seul à s'engager dans les travaux de rénovations, Estimé obtint la participation des grands commerçants de Port-au-Prince au rajeunissement de leurs façades et l'installation d'enseigne lumineuses".

Alimenté par l'opposition, le climat politique se détériorait. Lors d'une orageuse séance le 18 Avril 1950, les sénateurs refusèrent de réviser la constitution et d'invalider l'article 81 comme le réclamaient les estimistes. Le 8 mai, une populace excité forçait les locaux du Sénat et les saccageait de fond en combles. Deux jours plus tard, le 10 Mai 1950, un journal officiel publiait un communiqué des trois membres de la junte de 1946 (Lavaud, Levelt et Magloire) annonçant la démission du chef de l'état. Après avoir bouclé le palais national dont il avait fait doubler la garde, le colonel Magloire, accompagné d'un groupe d'officier lourdement armés, alla rencontrer le président Estimé pour exiger son départ. Celui-ci, après quelque jours en résidence surveillée partit pour l'exil le 16 mai 1950.

Uploaded: December 21, 2009
1809
Advertise on Fotki