Home > DISCOVER THE WORLD WITH PIKLIZ. > HAITI
       

HAITI

1. Haitian Churches. 2. Haiti Cherie. 3. View's of Tara's & surroundings. 4- Haitian Personalities. 5. Port-au-Prince with Panoramio.com 6. Haitian Flora & Fauna. by Manny Ardouin. 7. Port -au - Prince. by Manny Ardouin. 8. Haitian Currencies by Frankie Morone. 9. Port- au-Prince by Rachel M. Denis 10. Haiti by Carl Craig. 11- Wahoo Bay & Montcel in Kenscoff by François Adrien. 12. The beauty of Haiti.by Ralph Peirera. 13. Haiti by Lesly Alphonse. 14- Port-au-Prince Spéciale Edition par Rachel Denis & Peter C. Jeannopoulos. 15. Port-au-Prince by Rachel M. Denis. 16. Haiti by Daniel Kedar.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haitian Personalities
Oct 24, 2005

Des individus qui se dépassent! Des individus qui valent la peine d'être connus.

Cet album est actif et sujet à des révisions journalières.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti / Furcy The " Lodge Restaurant " in Furcy
Dec 3, 2007

Photos by Rachel Moscoso Denis

(C) PIKLIZ.COM
 
Haitian Chefs
Jun 27, 2011

Prepared & Maintained by Emmanuel Ardouin

(C) PIKLIZ.COM
 
Militaires d'Haiti. (ca.1795 to 1995).
Sep 20, 2008

Prepared & maintained by Emmanuel Ardouin & Frankie Morone.

The historic pictures were obtained b ...more

y Frankie Morone on various websites. The others are courtesy of Professor Ernst & his son Bob Danache, Grégoire Dadompré, Francky Jn. Baptiste, Edouard Boucicaut & Jean-Pierre Cloutier. Anyone who wants to contribute to this album can send pictures jpeg format to: pikliz@pikliz.com. Prepared and maintained by Manny Ardouin: eardouin@hotmail.com

Narration by Frankie Morone.

The Haitian Revolution (1791–1804) is the most successful slave rebellions in the Western Hemisphere. It established Haiti as a free country ruled by blacks and mulattoes. At the time of the revolution, Haiti was known as Saint-Domingue the most prosperous colony of France. That is why it was called " La perle des antilles". Through the revolution, people of African ancestry (mostly) freed themselves from French colonization and from slavery. Although several rebellions took place during that era, only the revolt at Saint-Domingue, beginning in Aug.1791, succeeded in permanently liberating an entire island. Twenty years earlier Vincent Ogé and Jn Baptiste Chavannes tried to fight for certain rights for the slaves; they failed and paid a hefty price.

The Battle of Vertières, took place on November 18, 1803. It was fought between the Haitian army led by Jean - Jacques Dessalines and the French colonial army under the command of Rochambeau. The new nation of Haiti had an army in the real sense of the word.

It was until the American Occupation (1915-1934) that the Marines under the order of the US Government created a different type of Haitian Army. That "Haitian army" was probably one of the surest and staunchest allies of the United States in Haiti . At the beginning it did some police work. The Haitian army was always able to deliver a coup d’état with the tacit and sometimes overt or covert approval of the US. Presidents Lescot & Estime were overthrown by the army.

Almost everyone would agree that the army has had a difficult history in Haiti and sometimes a negative impact on the country’s political process.

François Duvalier himself was afraid of that army. He knew that he could easily be forced into exile by that same army who ten years earlier forced Estime out. This is unquestionably why he created the VSN and the Tontons Macoutes a paramilitary force that would be able to face that army in an eventual coup d' etat attempt. He also had executed many officers in the army in the early 1960’s. He believed that they were potential coup d’état organizers. Several of these officers were of courses innocent. He acted irrationally and hastily. One also has to remember the position of Juan Bosh (the Dominican president vis a vis him.) They were bitter enemies.

Then later Prosper Avril, Henry Namphy left their marks on the army. No need to elaborate on that.

In 1991, Aristide was forced out. The army under General Raoul Cédras overthrew him in coup d' etat. Few years later,under pressure from the US (President Clinton), General Raoul Cedras and his acolytes had to leave Haiti in order for the duly elected president Aristide to return. It was then that Aristide gave the "coup de grace" to the army by dismantling it. (Again not the devil advocate that is understandable)

The role of an army is to protect the territorial integrity of a country, its people as well as its economy.

We invite to browse this album and enjoy these pictures.They are on the site to entertain and inform only.

Our staff has their personal view on a variety of subjects.

You can post a comment if you wish.
Please be aware that unfair or derogatory comments will not remain on the site. It is against our policy.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haitian Churches
Feb 16, 2005

Prepared & maintained by Emmanuel Ardouin.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, jardin botanique des Cayes
Jun 23, 2009
(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti Chérie, Points de Repère.

Monuments, Places & Landmarks related to the History of Haiti.Cet album est actif et sujet à des révisions journalières.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti Rapide, 2013
Jan 25, 2013

Photos by Emmanuel Ardouin.

(C) PIKLIZ.COM
 
Welcome to Ducis-Cayes with Pikliz.Com
Jan 10, 2009

Photos by Jessie and Francois Adrien
Welcome to Ducis .This place is situated in the south part of Haiti and is almost part of the Massif de la Hotte.
Please enjoy some pictures with pikliz.com

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Tara's & Surroundings
Jan 31, 2008

Photos by Francois Adrien

We enjoyed the splendour of Tara's, and pikliz.com wanted to share with ...more

its visitors the beauty of its mountainside view. Tara's is in the Boutilier's area between Pelerin and Thomassin. Mr Monsanto Petit ( Toto bolette) had bought part of the mountain and had made a very nice development called TARA'S pronounced TARAZ.
Location: South part of "la crête du morne l'hopital / Morne l'hopital". Enjoy the pictures and have a nice ride.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Port-au-Prince by Manny Ardouin.
Jan 6, 2008
(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Port-au-Prince by Rachel Moscoso Denis
Jan 6, 2008

Enjoy the signs used for publicity.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, "Grotte Marie-Jeanne" in Port a Piment.
Sep 17, 2009

Grotte de Marie Jeanne is a large cave system located on the southwest coast of Haiti in the town of ...more

Port a Piment. It is formed on a small limestone plateau on the south central part of the Massif de la Hotte. It is potentially the largest cave system in the Caribbean, with a reported 1 kilometre of passage. However a formal survey has never been completed so the true length of the cave system is unknown.

The entrance has a tremendous amount of scenic value because of the tropical forest that it contains. The many entrances and skylights allow for the development of a unique cave ecosystem that has not yet been fully identified or studied. Within the cave system, a series of large, well-decorated chambers create an unusual morphology

To know more please visit : http://www.grottemariejeanne.com/index.php
or : http://pikliz.com/absolutenm/templates/testtemplate.asp?articleid=10641&zoneid=5

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Currencies by Frankie Morone
Apr 4, 2006

Narration de Frankie Morone. Quelques de ces pièces sont de sa collection privée
...more


En 1536, tout juste après la conquête de Mexico par Cortes, les Espagnols décidèrent de frapper la première monnaie d' Amérique. Ces pièces avaient des formes irrégulières et leurs poids tout à fait inégaux. Cependant vers 1650 ces pièces devinrent plus régulieres et furent acceptées dans toutes les transactions à St. Domingue en plus des pièces francaises.

En 1804, une nation venait de naître. Il lui fallait trouver une unité monétaire. Après la mort de l' Empereur Jean-Jacques Dessalines, la nation fut divisée en deux états: le Nord et l'Ouest. Le Roi Henry Christophe, régnant au Nord, frappa sa propre monnaie en 1807, tandis que les pièces espagnoles et francaises continuaient à circuler dans l'Ouest.

Pétion voulait remédier à cette situation. Il frappa ses propres pièces: elles furent inspirées de la piastre espagnole et fixées à dix-huit (18) centimes ou deux (2) escalins - tandis que la piastre espagnole conservait sa valeur originaire de onze (11) escalins. Cependant ces pièces s'enlisèrent rapidement dans l'inflation. On a spécule que le mot "Gourde" découlait de l' adjectif espagnol "Gordo" signifiant "gros","lourd". Ce n' est que vers 1915 que la gourde est devenue l'unité monétaire de la République d'Haiti .

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Ile-a-Vache.
Dec 26, 2009

Compliments au photographe. Realise en diapo par Tonton Marcel le 26 decembre 2007

Île à Vache ...more




Île à Vache (also expressed Île-à-Vaches) (translated as Cow Island) is a small island lying off the south-west peninsula of Haiti near the town of Les Cayes. Administratively it is part of the Sud Department. It is about 8 miles (13 km) long, 2 miles (3.2 km) wide, with an area of 20 square miles (52 km2). The western end of the island is up to 150 metres (490 ft) high and rolling with several small swamps in the valleys; while the eastern section is swampy, and has a lagoon with one of the largest mangrove forests in Haiti. [1] It is one of the most popular tourist sites in Haiti and it has some of the best island scenery in the Caribbean. The population of the island is somewhere between 10,000-15,000 inhabitants. There are two tourist resorts on the island, the Port Morgan and Abaka Bay.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti by: Carl (Carlito) Craig
Jan 1, 2005

"HAITI: IT'S WORTH ALL THE EFFORTS"......

Just ask yourself: What have I done today to: make a difference? What am I doing to change the perception entertained by others?

(C) PIKLIZ.COM
 
En route pour Haiti depuis Santo Domingo, DR
Nov 1, 2012

Photos by Emmanuel Ardouin

    • No comments
    • 0 views
    • 0 visitors
(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, by Bob Danache
Aug 4, 2008

Photos Courtoisie Robert Danache

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Wahoo Bay & Montcel in Kenscoff
Feb 6, 2008

Photos by Francois Adrien

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Port-au-Prince, Special Edition
Apr 17, 2007

Courtoisie Rachel Moscoso Denis & Peter C. Jeannopoulos

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Ile a Vache & Les Cayes.
Jul 9, 2009
(C) PIKLIZ.COM
 
The beauty of Haiti
Oct 9, 2006

Photos Courtesy Ralph Pereira

(C) PIKLIZ.COM
 
"Grotte Marie-Jeanne" at Port-a-Piment.
Oct 19, 2009

Photos by Francois and Jessie Adrien , Marcel Neptune, Gilbert and Valerie Neptune.
Grotte Marie-Jeanne
Key Features
...more

Grotte Marie-Jeanne is an unusual cave system with respect to its morphology, layout and in terms of its natural resources (geologic, biologic, historic/cultural, archaeological). The caves contain a number of significant natural resources including speleothems of all types and size, and speleogens that are unique to tropical caves. The series of large passages and chambers are visually enhanced by the large, intact and undamaged speleothems that cover the walls, ceilings and floors.
Positioned at an elevation of 120 metres, it has a vertical extent of 41 metres and is developed on at least 3 different levels with 56 recorded chambers. A large surface collapse is the main entrance to the system. The entrance doline has a tremendous amount of scenic value because of the existing forest that it contains and the cave entrances that open from it’s periphery. The many entrances and skylights allow for the development of a unique cave ecosystem that has not yet been fully identified or studied.
The cave is a repository of features that will provide data about the development of the cave and its relationship to the surface topography. These features also impart information on paleo-climate, sea level changes, and paleo and current hydrogeology; topics that are important on a local level and island-wide level.
History
Evidence of pre-historic and historic human usage of the cave and surrounding landscape makes it an important part of the cultural and ethnic history of the area and of the island.
Grotte Marie-Jeanne and associated caves bear evidence of historical use and also of pre-historic use. Signatures on walls and speleothems are common in the Galerie Superieur and in Grotte Belgique. The dates range from early in the twentieth century to more recent times. Other evidence of historical activity is signage which was used in Marie-Jeanne North to mark routes and chambers. Evidence of pre-human usage is also common throughout the cave system. Archeological material has also been documented in the form of pottery shreds and conch shells, characteristic of Taino (Indian) use in the region.
Biology
Among the biotas observed in Grotte Marie-Jeanne are bats, birds, crickets, pseudo-scorpions, flies, beetles and cockroaches. Small patches of actinomycetes were observed in several alcoves. A more detailed biologic inventory will undoubtedly document more cave life as the habitat does exist for a terrestrial cave ecosystem. Should flowing water be discovered in the lower levels of the cave the potential exists for aquatic life also.
Bones, skulls, and fully articulated skeletons have been documented in the cave system though they all appear to be of recent age. The sources of these remains were animals that wandered into the cave, fell in or got lost and then perished there.
Grotte Marie-Jeanne, in Port-à-Piment, Haiti, is recognized as the largest cave system in the country and has been the subject of great geological curiosity by numerous speleologists. It extends over 101 meters and is composed of various passages and chambers that, measured together, would reach close to two kilometers. These dimensions pertain only to the area that has been explored. Numerous unexplored passages and entrances may link it to other caves throughout the Port-à Piment plateau.
Protected for centuries by its geographic isolation, it could now become the greatest natural tourist attraction in southern Haiti because of the construction of a new road. Speleologists from the Hoffman Environmental Research Institute and Western Kentucky University have studied the cave system and provided recommendations for the possible use of the site as a tourist attraction. For security reasons, a large part of the cave would not be accessible to ordinary tourists, but the main gallery, which measures close to 14,300 square meters, may easily lend itself for supervised tours. Nevertheless, it must have the necessary structures in place for the safety of the visitors and to protect the cave from the irreparable harm that may be caused by human intervention to the cave system’s physical structure, its fauna and flora.
Grotte Marie-Jeanne’s geological and biological resources may justify declaring it as national park and placing it under the protection of an agency working jointly with the Ministry of Tourism, the Ministry of the Environment, and the Bureau of Ethnology in order to safeguard its fragile environment. But this is still under discussion. In his article, “Who Will Manage the Grotte Marie-Jeanne?,” Patrice-Manuel Lerebours expresses hope that the municipal authorities of Port-à-Piment and the government agencies dealing with development of tourism and environmental protection will promptly take the necessary steps for the promotion and conservation of Grotte Marie-Jeanne.
Haïti: Qui va gérer la grotte Marie-Jeanne ?
Reconnue jusqu'à présent comme étant la plus grande gotte d'Haïti, la grotte Marie-Jeanne, située dans la commune de Port-à-Piment, est, sans conteste, la plus grande attraction touristique naturelle du département du Sud et mérite une attention particulière du ministère du Tourisme et du bureau d'Ethnologie qui y organise d'ailleurs des visites annuelles avec les étudiants de la faculté d'Ethnologie. Des spéléologues de la Hoffman Environmental Research Institute et de la Western kentucky University s'y sont rendus et ont fait des recommendations en ce qui a trait à l'exploitation du site à des fins touristiques.
La grotte Marie-jeanne dont l'exploration scientifique s'est faite en deux temps, été 2007 et décembre 2008, est une véritable curiosité géologique qui attire l'attention de nombreux spéléologues. S'étendant sur cent un mètres la grotte est composée d'une série de passages et des chambres qui, mis bout à bout, atteignent une longueur d'environ deux kilomètres. Ces dimensions ne concernent que la partie explorée. Selon les chercheurs qui se sont rendus sur place, il se pourrait qu'il existe, en plus des passges découverts mais inexplorés, d'autres couloirs et chambres reliant, potentiellement, la grotte Marie-Jeanne à d'autres grottes du plateau de Port-à Piment car, non seulement il en existe plusieurs, mais de nombreuses entrées, qui n'ont pas été explorées, ont été répertoriées.
Si, pour des raisons de sécurité, une grande partie de la grotte ne peut être accessible aux touristes ordinaires, la galerie supérieure, s'étalant sur une superficie de 14300 mètres carrés, peut être facilement aménagé pour un parcours touristique dans des conditions de sécurité idéales. Néanmoins, la mise en place des structure nécessaires pour lui donner cette vocation touristique ne saurait se faire au petit bonheur, l'intervention humaine pouvant causer des dommages irréparables à la structure physique du site, à sa faune, à sa flore. Ainsi, de nombreuses recommendations ont été faites par l'équipe de chercheurs impliqués dans l'exploration de la grotte Marie-Jeanne et des grottes voisines.
Les ressources géologiques et biologiques de la grotte Marie-Jeanne et des autres grottes pourraient justifier que la zone où elles se trouvent soit décreté parc national et mise sous la protection d'une entité travaillant conjointement avec les ministères du Tourisme, de l'Environnement, le bureau d'Ethnologie, car le site est fragile et facilement dégradable. L'isolement géographique de la commune de Port-à-Piment a longtemps protégé son environnement et ses sites naturels. La construction du tronçon de route la reliant à Port-Salut, donc au reste du pays, risque de changer la situation. L'afflux de visiteurs peut être préjudiciable aux grottes et à leur environnement si les dispositions nécessaires ne sont pas prises à temps.
1.L'entité responsable de la gestion de la grotte Marie-Jeanne doit former des guides qualifiés car, selon le rapport de l'équipe d'exploration, aucun groupe de visiteurs ne devrait avoir accès à la grotte sans la présence de l'un de ces guides.
2.Les feux d'artifices et autres matériels explosifs, les appareils ou activités générateurs de bruits doivent être interdits car ils pourraient avoir un impact négatif sur la vie dans les caves (faune, flore) et sur l'environnement physique.
3.Afin de réduire l'impact de la présence humaine sur l'enviropnnement des caves, il serait préférable de limiter à 12 le nombre de visiteurs par groupe pour le tour écologique et à 6 plus un guide pour le « wild tour ». le guide doit connaitre les principaux passages à l'intérieur de la grotte ainsi que les zones à risque. Il doit aussi pouvoir assurer, en priorité, la sécurité des visiteurs et la protection de l'environnement intérieur et extérieur de la grotte.
4.Toutes les plantes et tous les animaux à l'intérieur de la grotte et dans son environnement immédiat doivent être protégés et observés à distance et ne doivent jamais être déplacés. Il faut interdire toute intervention humaine dans la vie de la faune et de la flore de la grotte. Il faut aussi interdire de toucher, marquer, casser ou enlever toute formation naturelle de la grotte. La coupe des arbres et des buissons envoronnants est aussi prohibée.
5.Le camping est interdit à l'entrée et à l'intérieur des caves.
6.Les déchets apportés de l'extérieur doivent être enlevés
7.La grotte doit être protégée des actes de vandalisme tels que le marquage au charbon, à la peinture en aérosol ou autres. Ces mêmes mesures doivent être prise pour la protection de l'environnement immédiat.
8.Toute modification dans les espaces sus-mentionnés doit être approuvée par l'autorité responsable de la gestion de la grotte, les altérastions à la morphologie naturelle de la grotte et du paysage environnant, comme la création de nouvelles entrées et/ou de nouveaux passages, pouvant affecter gravement le microclimat de la cave en modifiant sa température, son taux d'humidité ainsi que le ruissellement ou le débit de l'eau. Ce qui peut avoir des effets négatifs sur la faune et flore de la grotte.
9.Il est interdit de collecter (prélever) des spécimens animaux ou végétaux, des artefacts de quelque nature que ce soit (naturel ou culturel).
Il demeure évident que la grotte Marie-Jeanne ne manquera pas d'attirer des scientifiques de tous les horizons, spéléologues, biologistes et autres. L'entité responsable de la gestion du site devra encourager, dans la mesure où toutes les normes sont respectées, les recherches scientifiques qui ne peuvent qu'apporter un éclairage supplémentaire à cette richesse longtemps ignorée de la plupart des haïtiens.
Il est à espérer que les autorités municipales de Port-à-Piment, ainsi que les instances gouvernementales impliquées dans le développement touristique et la protection environnementale se montreront à la hauteur de leur tâche et prendront, le plus rapidement possible, les dispositions nécessaires pour la promotion et la conservation de la Grotte Marie-Jeanne.
Source of Information: Le Nouvelliste - http://www.grottemariejeanne.com/The_Caves.html -

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti by: Lesly Alphonse

Thank you Lesly for sharing your pictures with Pikliz Productions.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti by: Daniel Kedar

" There are few recent photographic essays on Haiti, and most of these stress the bizarre and violen ...more

t aspect of the country. They do not reflect what I saw. I decided to take pictures my self."
Daniel Kedar

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Grande Anse - Abricots - Dame-Marie - Jéremie.
Aug 25, 2007

Souvenirs de la Grande Anse - Photos by Max Zamor.

Narration by Frankie Morone.

A vibrant and ...more

very beautiful country, rich in art and music. Jeremie - Dame Marie & Abricots are full of forests as you can see. When ones speaks about our land, you can feel music, dancing, drumming and voodoo practices, "la mer - Le rhum - Bel plezi". Jeremians people are intensely spiritual and are known for their legendary passion and humor. So many writers, poets and historians are from that region: Etzer Villaire - Emile Roumer. The author Alexandre Dumas' father, General Thomas-Alexandre Dumas, was born in Jérémie.

Every one knows those famous verses:

Tu es le bœuf salé,
Le dumbreil de mon pois,
L' akassan au sirop,
Qui coule dans ma garganne...

Ca c' est Jeremie - Dame - Marie & Abricots 100%. Enjoy those picture and please make a comment.


Jeremie - Abricots - Dame - Marie are located at the end of the south peninsula. Some of the pictures are breathtaking for instance "les laveuses à la rivière ".


Jérémie is the capital of the department of Grand'Anse with a population of about 34,000 people. It is almost isolated from the rest of the country and accessible mostly by boats. In others words getting there by car is a bit dangerous and one has to be careful. The Grande - Anse River flows near those villages.

By the way, does anyone know why " Abricots" was called "Abricots ? See the answer under picture # 33. Good luck.

(C) PIKLIZ.COM
 
Royal Caribbean Cruise, Nu Look @ Labadee, Haiti. Day 3
Sep 21, 2009

Photos by Francois Adrien
Welcome to Labadee, Haiti.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Port-au-Prince with Rachel Moscoso Denis.
Jan 19, 2006

Photos by Rachel Moscoso Denis

Port-au-Prince is a city with an uninspired waterfront and downtow ...more

n area. The city has expanded onto adjoining hills with incredible vistas. Currently, the city is a conglomeration of nondescript office buildings, slums, old Victorian houses with "gingerbread" trim, modern cement block houses, and million-dollar homes.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, MINUSTAH
Feb 7, 2009

Photos Courtoisie d'un ami de PIKLIZ

(C) PIKLIZ.COM
 
Welcome to Saut d'eau with Pikliz.Com
Oct 15, 2009

(c) Photos by Francois & Jessie Adrien


Saut-d'Eau - one of the most spectacular waterfall.

S ...more

aut-d'Eau is located in the central plateau department on the beautiful Island of Haiti. The name Saut-d'Eau comes from two French words: "saut" which means fall and "eau" which means water. The town is named after its spectacular and majestic waterfall "Le Saut". Saut d'Eau has a lot of streams and sources which make it fresh, green and very fertile. Among the streams are: la Therme, famous for its thermal water, la Riviere-Canote, and Sapotille. Everywhere you turn in Saut-d'Eau there is water. The scenic view of the natural waterfall and the surrounding mountains is formidable. Saut-d'Eau is a beautiful place to visit all year round for its natural beauty.

Saut-d'Eau is also the home of Haiti's most celebrated patron saint, Our Lady of Mount Carmel (Vierge Miracle) which is celebrated annually on July 16th. Saut-d'Eau is said to be the most important pilgrimage site in Haiti. Thousands of Pilgrims from Haiti and other parts of the world travel to Saut d'Eau for the Annual Feast and to participate in the festivities. There are pilgrims who come in pursuit of spiritual happiness or in search of a miracle through the intercession of Vierge Miracle. For many, the journey to Saut-d'Eau has a personal significance because of unexpected spiritual experiences that have occurred in their lives. These people return to Saut d'Eau again and again and spend their day in the sanctuary of the Church of our Lady of Mount Carmel to pray, worship, and reflect on their personal lives. Good food, drinks and music are all part of the ambiance. Otherwise, life in Saut-d'Eau is quiet and serene.

However, Saut-d'Eau is too often misunderstood and we are here to set the record straight by creating this website to keep the world community informed about what is going on in Saut-d'Eau and to polish the image of this beautiful place.

Contrary to what you may have heard Saut-d'Eau is not a place dedicated to voodoo. It is instead a religious town, placed under the protection of Our Lady of Mount Carmel, ever since the Virgin Mary appeared on a palm tree in the palm grove in the early 20th Century. As a matter of fact, there are many Roman Catholic priests and nuns, from various congregations, who were born and raised in Saut d'Eau.

People come from all over Haiti to Saut-d'Eau to participate in the feast of Our Lady of Mount Carmel. Certainly there are also those who believe in voodoo who come to practice what they believe in. They wear multiple color clothes and scarves, they walk and dance in the streets day and night and do all sorts of undesirable things, but these people never enter the church and leave the morning of July 16. The feast of our Lady of Mont Carmel is a religious catholic event and the main attraction is the sanctuary of the church of our Lady of Mont Carmel, where masses are offered daily and a novena is held from July 7 to July 15 culminated with a solemn mass. The RC Bishop of the diocese of Hinche is usually the main celebrant, assisted by dozens of priests and attended by government officials and thousands of pilgrims from all over Haiti and the world.

How to get to Saut d'Eau

The best way to get to Saut d'Eau is by car via Route National #3, heading to Croix-des-Bouquet. As you climb up the steep Morne Cabrit, look on the right side and enjoy the beautiful view of the Lake Azuei. Continuing North, to the town of Mirebalais. Saut d'Eau is to the west of Mirebalais.

Where to Stay in Saut-d'Eau

Saut-d'Eau is a big camping site in July, when thousands of pilgrims come for the feast of Vierge Miracle and the summer street festival. Visitors put up tents anywhere they can find an empty spot. They stay in St. Jean, the Palm Grove and in front of the Church of Our Lady of Mt. Carmel. Local guesthouses can also provide a home away from home or you can enjoy the comfort of local hotels that can accommodate very few. If you reserve early enough, you would probably get a room at the Hotel Villa Marie Robenson & Georges, conveniently located in the downtown area.

Find a home away from home and enjoy the comfort of guest houses -- for more information contact sautdeau@sautdeauinfo.com.

Enjoy some pictures taken by Francois & Jessie Adrien from pikliz.com

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, "Baissé, Levé"

Haiti & ses paysages Photos: by Taino L.
Tous droits réservés

(C) PIKLIZ.COM
 
Haitian Flora & Fauna
Oct 25, 2005

Photos by: Manny Ardouin.Cet album est actif et sujet à des révisions journalières.

(C) PIKLIZ.COM
 
Discover Cayes, Port Salut With Pikliz.com
Nov 9, 2009

(c) Photos by Jessie and Francois Adrien


CAYES, formerly Aux Cayes (Haitian Creole: Okay), is ...more

a town and seaport in southwestern Haiti, with a population of approximately 45,904 people (1995 estimate). Estimates from 2008 place the population at close to 70,000 people. Due to its isolation from the political turmoil of the capital, Port-au-Prince, it is one of Haiti's major ports, with export trade concentrating on mostly coffee and sugarcane and being the world's largest supplier of vetiver at 250 tons annually, a necessary ingredient of perfume and fragrance manufacturing. Minor exports include bananas and timber.

The first European settlement in southwestern Hispaniola was the town of Salvatierra de la Sabana, founded by Diego Velázquez de Cuéllar in 1540. This settlement was abandoned in 1540, and the area was uninhabited until the French colonial administration founded the town of Aux Cayes ("On the cayes"), so named due to its proximity to Île à Vache. The town was destroyed twice by hurricane in 1781 and 1788.

On 24 December 1818, Simón Bolívar came to Les Cayes in search of support for his movement against the Spanish colonial government in South America.


PORT-SALUT is a coastal town in the Sud Department of Haiti and the hometown of Haiti's deposed president, Jean-Bertrand Aristide who was born there in 1953. Port-Salut is a popular destination for local Haitians as well as tourists to a certain degree seeking relaxation and tranquility due to the beautiful beaches that the town is surrounded by. The area has yet to be discovered on a mainstream tourist level. With proper management and investment, Port-Salut could become a major tourist destination in Haiti[original research?], a country whose tourism industry, full of potential, has been struggling for decades.

In order to reach Les Cayes, Haiti's third largest city, enjoy the coastal drive down RN2. In Aquin, there are lovely rivers and one can see a tiny island, which has a ruins of an English fort. A good time to visit Les Cayes is in August, during The Fête de Notre Dame. Locals dance, eat and drink till the early morning hours. A daily ferry crosses to Ile-â-Vache, where one can see Indian remains and enjoy good beaches.

From the village of Dubreuil, take the one day excursion and visit Fortresse des Platons, the impressive ruins of the fortress Dessalines had built in 1804. Enjoy the hill resort at Camp Perrin and rent horses to reach Saut Mathurine, Haiti's biggest waterfall. Continuing up the steep climb, one enters Macaya National Park. At 2,347m, it is home to Haiti's last virgin cloud forest, lush flora and endangered fauna. There are basic camping facilities at Plaine Durand. Only the adventurous should attempt to climb Pic Macaya.

A 90min. drive from Les Cayes, a visit to Port Salut is a must. One of the most beautiful wild beaches in Haiti, the white sand juts into the water, creating tiny islands. There is also a little waterfall outside of the city where one can swim.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Le Florville Restaurant, Kenscoff
Feb 2, 2007

Photos by Rachel Moscoso Denis

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Jacmel (Part 2)
Dec 10, 2006

Photos by Rachel Moscoso Denis

Bâtie au fond d'un vaste golfe sur la mer des Antilles, cernée au ...more

nord par des montagnes boisées, JACMEL a été fondée en 1698 pendant l'époque coloniale. Son nom viendrait d'un flibustier, Jacques MELO, thèse que semble accréditer son ancienne orthographe française, JACQUEMEL.

Aujourd'hui un peu assouplie, elle possède des atouts touristiques considérables. Outre son architecture et son environnement de plages et de montagnes, JACMEL offre un artisanat original et abondant.

Après 1804, la ville participe à la lutte d'émancipation de l'Amérique latine. Le 12 mars 1806, le précurseur de l'indépendance vénézuélienne, Francisco de Miranda, crée dans cette baie le drapeau de son pays en surmontant du jaune de l'Espagne les bandes horizontales bleue et rouge du drapeau haïtiens.

En 1816, JACMEL accueille le libertador vénézuélien, Simon Bolivar, qui en repartira chargé d'armes et de munitions et accompagné de nombreux volontaires haïtiens.

Très prisée par les touristes locaux, la ville de Jacmel est devenue au cours de la dernière décennie une référence en matière de tourisme en Haïti.

Les rues de la ville sont bondées particulièrement lors de la fête officielle de la ville et du carnaval alors que d'autres personnes s'y rendent tout simplement pour passer leur week-end au calme et à la fraîcheur.

L'hôtel Cyvadier ( http://www.hotelcyvadier.com) vous fera découvrir les merveilles de Jacmel, capitale de la fantastique région du Sud'Est.
Source:( http://www.alliance-haiti.com/societe/ville/jacmel.htm)

Nous vous rappelons qu'il est désormais possible de se rendre dans différentes villes du pays, dont Jacmel, Cayes, Cap-Haïtien, Port-de-Paix, en avion à partir de Port-au-Prince.

    • No comments
    • 1 views
    • 1 visitors
(C) PIKLIZ.COM
 
Saut Mathurine by Pikliz.com
Sep 1, 2009

Photos by Jessie Adrien , Marcel Neptune, Francois Adrien

Saut-Mathurine Waterfall located outsid ...more

e of Camp-Perrin in the south region of Haiti. Power of Nature . From les Cayes it takes around 2 hours to make it to Saut Mathurine. The Water at Saut Mathurin is Plentiful and cold, but it is a good bath.

    • No comments
    • 1 views
    • 1 visitors
(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Jacmel. (Part 1)
Jul 14, 2006

Photos by Rachel Moscoso Denis

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Les Cayes.

Photos by & Courtesy of Moryl Gattereau Jr. {laville desCayes.com}

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Hinche & Péligre.
Sep 17, 2006

Photos Courtesy of PIKLIZ

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, DUCIS.

Welcome to Haiti With Photograh: Marcel Neptune

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Port Salut

PORT-SALUT

La ville de Port-Salut est renommée pour sa très belle plage de sable fin qu'est la
plage dauphinée, c'est l'une des plus belles plages d'Haïti. Elle s'étend sur plus
...more

de 1 Km de longueur avec à l'extrémité, un îlot qu'on rejoint à pied et un charmant
hôtel à Pointe-Sable.

À l'hôtel, vous pouvez demander à un employé de vous conduire à la cascade toute
proche. Le bruit de l'eau guidera vos pas pour accéder à la cascade. On peut aussi
visiter la grotte Dumond, l'une des merveilles d'Haïti, à 5 Km de la ville en
retournant aux Cayes.

Port-Salut, bras de terre amoureusement caressé par les vagues, a fait, dans les
années 1970-1980, le bonheur des éditeurs de cartes postales. Ses bungalows sont
souvent fréquentés par les fonctionnaires en poste en Haïti, attirés par la beauté
des lieux et l'hospitalité des habitants.

Après Port-Salut, la piste se prolonge jusqu'à Tiburon, traversant Coteaux, Port-au-
Prince et Chardonnières, avant d'arriver aux Anglais. Praticable seulement à la
saison sèche, elle étire ses interminable kilomètre en des paysages variés :
Verdure ici, rocaille là, marécage plus loin et, subitement, à un tournant,
cocoteraies égayant des plage de sable gris ou noir. L'Auberge du Rayon Vert vous
ouvre ses portes pour mieux apprécier la beauté de ce coin paradisiaque.
Source: ( http://www.alliance-haiti.com/societe/ville/port-salut.htm)

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti- Prestige Corner

coins insolites d'haiti

    • No comments
    • 1 views
    • 1 visitors
(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, Labadie. "Freedom Of the Seas" 1st Voyage.
Jun 9, 2006

La Magie du “Freedom of the Seas”
Photos and Narration by Rachel Moscoso Denis

Le vendredi 9 jui ...more

n fut un très grand jour pour moi, un jour que je ne suis pas prête d’oublier pas parce qu’il faisait incroyablement beau ce jour-là mais surtout parce que je faisais partie de la prestigieuse délégation qui se rendait à Labadie pour accueillir le plus beau et le grand bateau du monde le « Freedom of the Seas ».

Je fus à la fois surprise et ravie quand je reçus cette invitation émanant de la « Société Labadie Nord » (SOLANO) pour couvrir cet événement sensationnel à nul autre pareil. Le voyage inaugural de ce navire dont la construction a coûté huit cent millions de dollars avec une capacité d'accueil de cinq mille touristes, en plus d'être un évènement, renforce les promoteurs de l'axe Labadie/ Citadelle tandis que les potentialités de Jacmel, de Fort-Liberté sont analysées.L'idée de faire du tourisme un élément porteur de développement semble faire tache d’huile.

Très tôt dans la matinée la délégation officielle et moi, (ladite délégation était composée de représentants de différents opérateurs de l'industrie touristique, du ministre du Tourisme Patrick Delatour, du sénateur Michel Clérié de la commission tourisme industrie et commerce, du député du Cap-Haïtien Jean-Pierre Eddy, le délégué du Nord Georgemain Prophète, de l'ambassadeur Allemand Hubertus Thomas, du Consul Général des Etats-Unis Jay Thomas Smith, entre autres personnalités, nous nous rendîmes à l’aéroport Guy Malary où nous prîmes notre envol sur les ailes d’un porteur de la Caribinter.

Après un vol agréable d’une demi-heure dans un ciel clair, vierge de tous nuages et d’un bleu intense nous avons attérrit sans embarras dans une ambiance imprégné d’optimisme. L’accueil que nous fit le comité de réception, à l’aéroport du Cap, fut plus que chaleureux. Puis, nous nous rendîmes à l’hôtel Mont-Joli où un délicieux petit-déjeuner, offert par M. Walky et Nicolas Bussinius (propriétaires de l’hôtel) nous attendait. Les mets servis furent aussi exquis les uns les autres et le personnel de service de nos hôteliers nous fit montre de son savoir-faire digne des plus grands professionnels en la matière.

Une heure plus tard un confortable autobus climatisé nous conduisit sur le site de Labadie. Une magnifique promenade qui nous permit de découvrir la végétation luxuriante et d’autres paysages enchanteurs de la Métropole du Nord.

La minute de notre arrivée sur le site coïncida avec celle où le splendide palais flottant accostait. Les plaisanciers mettaient pied à terre tandis que nous, nous étions invités à visiter la nouvelle perle de la Royal Caribbean (imaginez un palace des mers aussi haut que la Statue de la Liberté et plus long qu’un porte-avion et capable de transporter jusqu’à 4 375 passagers. Le Freedom of the Seas est désormais la référence en volume et transport de passagers, mais également en attractions et en confort). Un buffet avait été préparé spécialement à l’intention de la délégation qui prit grand plaisir à faire la connaissance de l’équipage.

Après les propos de bienvenue de la présidente de Société Labadie Nord (SOLANO) S.A, Mme Maryse Pénette Kedar, le Président de la Royal Caribbean, Adam Goldstein, accompagné du capitaine William Wright, qui avait reçu la délégation, a remis une plaque au nouveau Ministre haïtien du tourisme M. Patrick Delatour. Ce dernier, après un survol de l'histoire des fortifications au lendemain de 1804, a défendu l'axe Labadie/ Citadelle.

Le Ministre Delatour qui représentait le Président de la République, Son
Excellence M. René Préval, en la circonstance a été a la hauteur de sa mission. Rappelons que le nouveau ministre est un architecte qui a travaillé à la restauration de la Citadelle Henri Christophe et fut un haut cadre de l’Ispan (Institut de Préservation du Patrimoine National) et avait collaboré avec Madame Pénette-Kédar, lors du passage de celle à la tête du Ministère du Tourisme, à l’élaboration d’un plan directeur du Tourisme financé par les Nations Unies. Donc, il connaît bien les problèmes du Grand Nord. Il a promis de se mettre au travail immédiatement.

Le Président de la Royal Carribean, de son côté, dans son allocution a mentionné que l’entreprise qu’il dirigeait était prête à aider le gouvernement haïtien dans le développement de tourisme de croisière, en organisant des excursions comme dans les autres ports de la caraïbes, une fois que les conditions de sécurité, d’assainissement, et d’embellissement de la ville, seront remplis.

En effet, selon M. Goldstein, Haïti doit saisir les nouvelles opportunités qui s'offrent à elle pour aller de l'avant. « Nous sommes présents dans les bons comme dans les mauvais moments », a-t-il par ailleurs indiqué avant de formuler des vœux qu'Haïti se stabilise. « J'espère que les 15 prochaines années seront différentes des dix dernières », a-t-il ajouté en saluant le dynamisme de Mme Maryse P. Kedar Présidente de la Société Labadie Nord (SOLANO) S.A.

Depuis 20 ans, Royal Caribbean a invest 28 millions de dollars pour faire de ce site superbe, une escale privée uniquedans les Caraïbes. Malgré la situation critique et les informations très négatives qui concernaient Haïti, la compagnie est restée fidèle à cette destination, rappelle Maryse Penette-Kedar, Présidente de la société RCI-SOLANO qui gère l’escale. C’est à ce jour, le seul site d’Haïti qui a connu un flot presque continuel de visiteurs.

De nombreux projets devraient voir le jour. « Labadee » sera notamment plus tournée vers Haïti et sa culture, grâce à des exposés historiques, des visites, promenades et excursions touristiques. Bientôt, des artisans travailleront sous les yeux des touristes, dans des ateliers construits à cet effet sur le site. Par ailleurs, Royal Caribbean souhaite
recruter plus d’haïtiens à bord des bateaux et globalement accroître son activité, ce qui aura une incidence sur la production de richesses sur place et pour l’Etat haïtien.
« Labadee » fait vivre Labadie
Près de 700 personnes vivent de l’activité de « Labadee ». Troubadours, danseurs,artisans, tresseuses de cheveux, mais aussi gardiens, personnels chargés de l’entretien et du service, sur le site et à bord, proviennent tous des villages de la section communale de la Bande du Nord.

Solano/Royal Caribbean fournit du travail à la région, mais également des améliorations substantielles au quotidien, à travers des microprojets de développement. Dispensaire de santé, construction de sanitaires, d’écoles, de fontaines, de marché, de ponts, parrainage d’activités sportives ou du carnaval sont autant de projets qui ont été menés ces dernières années dans les villages de la zone.

En moyenne, la masse salariale de l’escale a augmenté de 20 % par an. Plus de gens ont trouvé un emploi, et leurs salaires augmentent chaque année. Mais, le fait que Labadie soit un village en développement, avec un taux de chômage très bas, commence également à poser des problèmes. La prochaine étape devrait voir l’État et RCI/SOLANO se mettre ensemble pour contenir et encadrer la croissance du village et lui apporter plus
d’infrastructures comme la gestion de l’eau, le traitement des fatras ou des eaux usées. C’est aussi important pour la communauté locale que pour la pérennité de l’escale, conclut Maryse Pénette-Kedar. Une source de richesses pour Haïti Chaque croisiériste qui descend à Labadie rapporte 6 $US de taxes à l’État haïtien. Avec 35,000 passagers en moyenne chaque mois et une augmentation de 100.000 passagers par an, ce type de tourisme est très rentable pour le pays. Comme l’explique la Présidente de Solano, Royal
Caribbean International contribue de façon très significative à l’économie de la région, et il serait logique et souhaitable que les fonds générés par l’escale soient réinvestis par
l’État dans la région, par exemple au Cap, deuxième ville du pays, qui en a bien besoin.
Ce n’est pas le cas aujourd’hui et pourtant certaines interventions, urgentes pour cette
ville trouveraient des fonds internationaux, si l’État les démarrait avec les fonds de Labadie. La région Caraïbes attire chaque année plus de 30 millions de visiteurs dont la moitié à bord des croisières, secteur qui connaît la plus forte croissance dans l’industrie touristique. Les croisières dans les Caraïbes ont donc de beaux jours devant elles, et Labadie sait en tirer parti aujourd’hui, avec environ 120 à 130 bateaux par an. Il pourrait y avoir plus de bateaux à Labadie à l’avenir, mais aussi plus de port d’escales en Haïti, car nos 1500 Km de côtes sont bien placés sur les circuits Caraïbes ouest.

Labadie en chiffres
L’escale compte 5 plages, 4 bars principaux, 3,500 chaises longues, et propose toutes les activités aquatiques, de la plongée libre aux expéditions en« wave-runners » en passant par les tours en parachutes ascensionnels ou le kayak.

Côté Labadie :
5 groupes de troubadours, 1 troupe folklorique, 5 « tresseuses » de cheveux, 2 marchés avec un total de 180 vendeurs.

Labadie, un important payeur de Taxes :

L’année dernière pour l’exercice fiscal Labadie à payer à l’État haïtien plus de quatre millions de dollars de taxes seulement pour la location de la plage.

Le Cap-Haïtien se doit d’être prêt à réintégrer dans le circuit touristique. Je crois que la tache est énorme mais le potentiel est là.

Etaient présents pour cet événement extraordinaire : M. Adam Goldstein/ Président de la Royal Caribbean, John Weis/director/private destinations /labadee-coco cay, Craig Milan/ Président shore excursions/Royal Caribbean and celebrity cruise, Mme.Maryse Pénette-Kedar /Présidente de la Société Labadie nord/allias SOLANO, Martine Pasquet / Department of human resources Royal Caribbean Cruise line, M. Broder Schutt/ Port agent Royal Caribbean Cap-Haïtien. La délégation de l'ambassade américaine était formée de Mr J. Smith consul général américain en Haïti et son épouse et aussi du vice Consul américain

La délégation de L'Allemagne, par son ambassadeur M. Hubertus Thoma.

Les officiels du gouvernement haïtien :
1- Patrick Delatour - Ministre du Tourisme
2- Michel Clérié- Sénateur de la Grande-Anse
3- Danilo Fouchard Directeur Général du Ministère du Tourisme
3- Les autorités du Cap Haïtien/ Maires et Délégués,
4- Elisabeth Vieux directeur du tourisme Région Nord
5- Magalie Racine

Les hommes d'affaires du Cap-Haïtien
1-Nicolas Bussinius/ Propriétaire de L'hôtel Mont-Joli
2-Nonce Zéphyr

Les Dames de l'association Touristiques d'Haïti

1- Maryse Chancy
2- Dominique Carvonis
3- Michèle Frisch

Cary Hector -Recteur de l'Université Notre Dame
Dr Guy Noel
Myriam Padberg
Claire Pereira assistante de Madame Maryse Pénette-Kedar
Lionel Pressoir TOUR OPERATOR
Lionel Delatour REPRESENTANT DU CLED (CENTRE DE LA LIBRE ECHANGE ET DE LA DEMOCRATIE)

M. Roberson Alphonse du Nouvelliste

Et moi Rachel Moscoso Denis représentante de Pikliz.com de la Floride pour la presse.

D'après les informations que j'ai pu recueillir 4.000 croisiéristes ont fait le grand voyage inaugural. Le Freedom of the seas viendra tous les vendredis au Cap-Haitien. Il faut noter que chaque semaine deux ou trois autres bateaux, à peu près du même calibre, visitent Labadee. Labadee ou Labadie ? Le nom du village de Labadie n’a pas été dénaturé rassurez-vous ! Mais pour que celui-ci soit prononçable par les touristes anglophones, il était plus simple d’orthographier « Labadee » à l’américaine.

Il faut aussi ajouter que la section communale de la Bande du Nord a magnifiquement bien reçu les invités de la SOLANO. Une fanfare composée des jeunes de la région ont souhaité à tous la bienvenue en musique. Ce fut très émouvant.

Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour adresser mes plus vives félicitations à M. Broder Schutt qui est un représentant efficace et prestigieux de la compagnie Royal Carribean.

Comme dirait la musique de ce groupe du Cap-Haïtien : " LABADI SE YON PARADI"


Rachel Moscoso Denis, Pikliz.com, Miami Florida




(C) PIKLIZ.COM
 
Il était une fois Haiti...(1ère partie).
Jan 1, 2010

Album préparé par Frankie Morone.
Photos par Edouard Peloux.

Il était une fois Haiti...
...more

Haiti évoque la terre de soleil......c'est le paradis exotique, c'est l'apogée de la Première République noire du monde. Notre île aux méandres pittoresques et aux structures montagneuses saisissantes est désignée "la Perle des Antilles".

Des décennies après notre indépendance, la capitale Port- au- Prince connait un essor florissant tant économique que socio-politique. Elle évolue presqu'au pair au développement des grandes métropoles d'Europe et d'Amérique avec lesquelles elle entretient des relations de négoce et d'exportation. La production locale est basée sur les principales denrées agricoles comme le café, le cacao, la canne à sucre, les fibres textiles de pite et de sisal.

Port-au-Prince devient bien vite un havre de paix, un coin géographique de rêve, une patrie accueillante. L'exploitation touristique, associée à l'expédition des produits agraires lui assurent une ère de prospérité. L'époque du bicentenaire de la ville de Port-au-Prince a vu les relations diplomatiques et commerciales se fortifier avec d'autres pays. Les visites successives de Chef d'Etat lui assurent une place dans la tribune des nations caraibéennes riches et favorisés. Il y eu aussi les mines de bauxite de la Reynolds près de Miragoane en contrat d'exploration dont la production massive atteint 613,000 tonnes in 1979, estimée $14.9 million in 1982.


Au cours de ces périodes de faste et d'opulence les gouvernements se sont succédés. L'on a constaté une baisse de la production per capita de l'économie haitienne. Aujourd'hui l'on découvre avec tristesse que l'Haiti d'autrefois n'est presque plus. Les problèmes du pays, si nombreux, vont de l'absence d'infrastructures dans toutes les sphères de la vie nationale, à la pérennité d'une pratique ouverte de dilapidation et d'appropriation des biens de l'Etat à des profits personnels. La menace du désastre écologique relié au déboisement, coûtant la vie à des milliers lors d'innondations et crues, la désolation, la faim et la misère des moins nantis, le chômage chronique, l'insécurite menacant les vies et biens, la pollution, l'insalubrité, l'absence de programmes de soins de santé, l'analphabétisme, l'incurie des dirigeants politiques sont a l'agenda de la problématique Haitienne.

Notre patrie nous fait penser à un navire en naufrage. Elle survit dans un état si lamentable que l'on a la nostalgie de ces temps d'autrefois, passé sur lequel se fondent nos espoirs de changement pour qu'elle redevienne encore notre terre de soleil, notre Haiti Chérie !!

Nous avons le privilège de partager avec vous cet album historique de la ville de Port au Prince de la période de 1933 a 1950. Ces photos sont une reproduction partielle des clichés tirés du livre d' Edouard Peloux intitulé "Il était une fois Haiti..." Nous espérons que ces images vous feront plaisir et nous vous invitons à partager avec nous vos précieux commentaires. Remerciments anticipés.

Mille mercis aussi à Kate, Serge et Yanick. Sans eux la publication de cet album ne serait possible.

(C) PIKLIZ.COM
 
Haiti, LABADIE

Beautiful pictures from one of our most beautiful beaches.

Could this paradise really be poor, de ...more

sperate Haiti?
Byline: Danna Harman Staff writer of The Christian Science Monitor Date: 01/25/2006

(LABADEE, HAITI)It has mango and almond trees, soft white sand, turquoise waters, and a perfect breeze. It looks like a secret paradise island. It feels like a
secret paradise island. But, actually, it's Haiti, the poorest country in the hemisphere.

Every week, up to 7,000 camcorder-toting tourists, the vast majority of them Americans, come ashore here off a Royal Caribbean cruise ship for a day of sun, sailing, volleyball tournaments, and sliding on the "world's largest" inflatable water slide.

"It's the best kept secret in the world," says Melody Hickey, from Columbus, Ohio. "Its amazing."

Haiti - usually known for its poverty and political instability - is not a typical holiday destination for the bikini-clad set.

But Labadee seems a world away. In fact, as far as many of the tourists are
concerned, Labadee actually is in a different part of the world.

"Isn't Puerto Rico part of Haiti?" asks a high school senior from Nashville, Mich., getting off the ship to get her hair braided.

"I thought we were coming to a place called Hispaniola," says Cindy Roberts from Madison, Ind., as she bargains for a voodoo bottle at the 'Native Market' set up for tourists. "But I guess it doesn't matter," she says. "So, it's Haiti."

The tourists have a good excuse for their confusion. "Welcome to Labadee!" reads the banner - emblazoned with the face of a Johnny Depp look-alike pirate - strung up on the pier.

A small wooden sign facing away from the incoming crowds reads "Labadee, Haiti." Most, however, just pass it by in the rush to the Ben & Jerry's ice cream stand.

The interactive TV monitors in the onboard cabins show the ship moving across the ocean to an Island clearly marked Haiti. But, the Royal Caribbean's website mystifies the bay as a "private,"
and "secret" destination. When it is labeled, they call it "Labadee, Hispaniola," in reference to the name given to the island by Christopher Columbus, who, incidentally, thought he was in China when he dropped anchor here in 1492.

The cruise line doesn't go out of its way to clear up any confusion about the actual location of its private beach.

"We make no pretense of where we are," says David Southby, Royal Caribbean's site manager for Labadee. "The real question is 'Where is Haiti?' - and 'What is Haiti?' If you are honest, even if you tell them, most passengers don't know where they are, usually."

And, referring to the island as Hispaniola and not Haiti, is merely a marketing tool, wrote Craig Milan, a senior vice president at Royal Caribbean, in an email exchange.

"It's much like we refer to our port in Bayonne, N.J., as Cape Liberty Cruise Port," he says. "We were getting the same response about not calling that port 'Bayonne Cruise Port.' "

"I used to be mad about the cruise line trying to mask the identity of Haiti," says Jean Cyril Pressoir, author of the "Guides Panorama, Haiti" tour books. "But now, I understand: We have an image problem and this is a way to get people to give the country a chance. Fair enough. We really need the tourists."

Since 1986, the Royal Caribbean line has provided the largest source of tourism revenue to Haiti. The cruise company pays the Haitian government $6 per passenger and employs about 300 locals, including
security guards, beach monitors, waiters, cleaners, as well as some managers. Approximately 200 more locals find work here selling their wares, often at inflated prices, at the market stalls, or by providing entertainment.

"They certainly could be doing more for the local economy," says Florence Lelio Joseph, a travel agent in Haiti's capital,
Port-au-Prince. She notes that the foreign operators take most of the profits out of the Caribbean, and import food and other supplies from elsewhere. But, she admits, in a country where the only other visitors
now are UN staff, aid workers, and ex-pat Haitians visiting home, "everything is relative."

"It's not my favorite type of tourism, but I recognize that if we were smarter, we'd have 10 Labadees across the country," says Mr. Pressoir. "Better tourists enjoy the beach than nothing at all."

And the beach - 260 acres of land - is probably all that these tourists see. Visitors - who are not issued Haitian visas or immigration cards - are not allowed off the premises, except on group kayaking and jet ski excursions. The US State Department doesn't officially object to the visits, despite a travel warning, out since November, that says "due to
the volatile security situation," US citizens should avoid travel to Haiti altogether.

Greta Urnisk from Pensacola, Fla., has been on 10 cruises to Labadee. Walking around the now-familiar site in a yellow bathing suit and a yellow Royal Caribbean fanny pack, she admits she has never set a flip flop out of the gated area. "What in the world would I want to find out in the mountains?" she asks.

But there are other reactions, too. Ralph and Cathy Oats from Dallas, Texas, first came to this beach last July, as part of a vacation cruise, and, like many, admit they had no idea they were in Haiti.

But, jet skiing that day, a chance interaction with some locals got them thinking. "The desperation we saw in the eyes of the very thin men paddling their boats out to us to present their handmade trinkets for sale was an impression that never left us," says Cathy.

So, in December, when they took a second cruise to Labadee, they came with suitcases of toiletries and school supplies from their community to donate to a private Canada-based charity, Hearts Together for Haiti.

Started in 1996, the group operates schools, health clinics, and programs to provide food to residents in the area. Royal Caribbean security helped transport the donations to nearby Labadee village, a
few coves away.

"It's easy to put down the cruise ships and say those folks are oblivious to where they are and to the suffering around them," says Father John Duarte, who runs Hearts Together. "But the important thing
to do is encourage both individuals and the Royal Caribbean management to understand the needs here and work with us. Good can come of this."

Gito Roberts or, as he is known to friends, Ti Gito (little Gito), grew up in Labadee village, and makes a living ferrying villagers back and forth to coves along the shore in his cousin's skiff.

He sings jazz songs as he works, dreaming of some day going to New York to hear his musical idols play.

"I would like to get on one of those big ships and see what America is like," he says. He pulls down the donated Royal Caribbean baseball cap he, like about half the villagers, sports: "... and then I would like to come home immediately."

"All these tourists come here," he points out, "because they, who have seen a lot, know that there is no lovelier place in the world than my country."

* Ms. Harman is Latin America correspondent for the Monitor and USA Today.

(c) Copyright 2006 The Christian Science Monitor. All rights reserved.

Click here to email this story to a friend:
http://www.csmonitor.com/cgi-bin/send-story?2006/0125/p01s02-woam.txt

The Christian Science Monitor-- an independent daily newspaper providing
context and clarity on national and international news, peoples and
cultures, and social trends. Online at http://www.csmonitor.com

(C) PIKLIZ.COM
 
Il était une fois Haiti...(2ème partie).
Jan 8, 2010

Album préparé par Frankie Morone.
Photos par Edouard Peloux.
Cette deuxième partie couvre la pério ...more

de du gouvernement de Paul E. Magloire élu président le 8 octobre 1950. Pour la première fois, un président est nommé démocratiquement. On lui doit la réalisation de cités modernes, la route goudronnée reliant Port-au-Prince au Cap, et des travaux d'envergure dont l'inauguration, le 4 janvier 1954, de la place des Héros de l'Indépendance. Soupconné de préparer sa réélection, il est renversé en décembre 1956 à la suite d'une grève générale...

Haiti évoque la terre de soleil......c'est le paradis exotique, c'est l'apogée de la Première République noire du monde. Notre île aux méandres pittoresques et aux structures montagneuses saisissantes est désignée "la Perle des Antilles".

Des décennies après notre indépendance, la capitale Port- au- Prince connait un essor florissant tant économique que socio-politique. Elle évolue presqu'au pair au développement des grandes métropoles d'Europe et d'Amérique avec lesquelles elle entretient des relations de négoce et d'exportation. La production locale est basée sur les principales denrées agricoles comme le café, le cacao, la canne à sucre, les fibres textiles de pite et de sisal.

Port-au-Prince devient bien vite un havre de paix, un coin géographique de rêve, une patrie accueillante. L'exploitation touristique, associée à l'expédition des produits agraires lui assurent une ère de prospérité. L'époque du bicentenaire de la ville de Port-au-Prince a vu les relations diplomatiques et commerciales se fortifier avec d'autres pays. Les visites successives de Chef d'Etat lui assurent une place dans la tribune des nations caraibéennes riches et favorisés. Il y eu aussi les mines de bauxite de la Reynolds près de Miragoane en contrat d'exploration dont la production massive atteint 613,000 tonnes in 1979, estimée $14.9 million in 1982.

Au cours de ces périodes de faste et d'opulence les gouvernements se sont succédés. L'on a constaté une baisse de la production per capita de l'économie haitienne. Aujourd'hui l'on découvre avec tristesse que l'Haiti d'autrefois n'est presque plus. Les problèmes du pays, si nombreux, vont de l'absence d'infrastructures dans toutes les sphères de la vie nationale, à la pérennité d'une pratique ouverte de dilapidation et d'appropriation des biens de l'Etat à des profits personnels. La menace du désastre écologique relié au déboisement, coûtant la vie à des milliers lors d'innondations et crues, la désolation, la faim et la misère des moins nantis, le chômage chronique, l'insécurite menacant les vies et biens, la pollution, l'insalubrité, l'absence de programmes de soins de santé, l'analphabétisme, l'incurie des dirigeants politiques sont a l'agenda de la problématique Haitienne.

Notre patrie nous fait penser à un navire en naufrage. Elle survit dans un état si lamentable que l'on a la nostalgie de ces temps d'autrefois, passé sur lequel se fondent nos espoirs de changement pour qu'elle redevienne encore notre terre de soleil, notre Haiti Chérie !!

Nous avons le privilège de partager avec vous ce second album de la période de notre histoire, de 1950 à 1956, du règne du Président Paul Eugène Magloire. Ces photos sont une reproduction partielle des clichés tirés du livre d' Edouard Peloux intitulé "Il était une fois Haiti..." Nous espérons que ces images vous feront encore une fois plaisir et nous vous invitons à partager avec nous vos précieux commentaires. Mille mercis.

Mes remerciments aussi à Kate, Serge et Yanick. Sans eux la publication de cet album ne serait possible. Bonne visite.

(C) PIKLIZ.COM
 
Il était une fois Haiti...(3ème partie).
Jan 30, 2010

Par Frankie Morone.
Photos par Edouard Peloux.

PORT-AU-PRINCE.

...more

Une nation ne peut pas vivre qu'au présent. Si elle ne sait pas d'où elle vient, elle saura difficilement où elle va. Cela est encore plus vrai dans les moments d'adversité, où les problèmes semblaient insolubles, où les défis paraissent insurmontables. Face aux errements du présent, le passé est source de repère, de prestige et de confiance. On exalte les succès passés non pas pour s'installer dans une auto-admiration narcissique et stérile mais plutôt pour se ressourcer, puiser un supplément d'âme et motiver à redoubler d'ardeur pour transformer les mécomptes en succès et progresser pour le bien-être de tous.

C'est dans ce sens que nous est imposé un devoir de mémoire vis-à-vis des jeunes et futures générations; que la préservation du patrimoine physique et de la mémoire collective représente un bien public, au-delà des avantages économiques, notamment touristiques, qu'on peut tirer. C'est dans cette perspective que nous saluons l'initiative et les efforts qui ont abouti à la publication de l'oeuvre d'Edouard Peloux. Fidèle à son engagement de conservation des valeurs nationales, la BRH a décidé d'appuyer cette publication dans le cadre de son trentième anniversaire.

Nous en savons gré à Monsieur Edouard Peloux d'avoir été le chroniqueur attentif de la saga de notre pays au cours de la période 1930 -1980, d'avoir su saisir et immortaliser des scènes de la vie de tous les jours ainsi que dans les rues, les édifices, les places publiques qui en ont été les théâtres. Cette oeuvre vient réduire le déficit d'images sur certains moments importants de notre passé. On dit souvent qu'une image vaut mieux que mille mots. Les photos ont l'avantage d'être plus parlantes, plus édifiantes, plus fidèles et plus objectives que les mots. L'oeuvre de Peloux nous renseigne sur ce qu'on été nos espaces urbains et nous rappelle que nous avons su faire des oeuvres belles et décentes bien après la geste de 1803. Cette oeuvre nous interpelle. Et c'est la sa grande valeur.

D'un autre côté, on ne peut s'empêcher de comparer l'avant et l'après, le passe et le présent. Et la métamorphose nous comble de tristesse. Il est déplorable que nous ayons pas su protéger certains de nos acquis urbains. Cette défaillance n'a pas rassuré les investisseurs. Pis encore, elle a découragé de nouvelles initiatives ambitieuses et audacieuses, et a encouragé l'abandon du centre-ville. Comme si on pouvait aller bien loin. Comme si il y avait un havre ou la réalité ne peut nous attraper.

Certes, la dégradation urbaine n'est qu'un épiphénomène qui reflète des déséquilibres plus profonds de notre économie, notre aménagement du territoire. D'une part, un déséquilibre marque entre la croissance de la population et celle de la production de l'emploi. En effet, notre produit intérieur brut (PIB) réel a pratiquement stagné de 1980 a 2006 (avec une décroissance notable de 1991 a 1994) alors que, dans le même temps, notre population est passe de 5.2 millions à 9 millions d'habitants. D'autre part, une forte concentration des activités productives et des infrastructures et des services sociaux de base dans les villes, en particulier à Port-au-Prince, ce qui a valu a cette ville d'être appelée la République de Port-au-Prince.

Il est hors de question d'occulter les causes profondes de la détérioration urbaine à laquelle nous faisons face. Au contraire, il nous faut les reconnaître et nous employer à rechercher et mettre en oeuvre des solutions durables dans le cadre de politiques publiques pragmatiques et cohérentes. Parallèlement, nous ne devons pas nous dispenser des efforts de conservation et de mise en valeurs de notre patrimoine urbain.

En choisissant, en tant qu'institution nationale, de maintenir son siège et d'approfondir sa présence au bas de la ville, la BRH a refuse la démission et la fuite en avant et s'est engage dans la lutte pour la conservation et la mise en valeur d'un espace urbain vieux de plus de deux siècles. Au bout du compte, nous n'aurons pas plus que ce que nous aurons su faire conserver. Il ne fait pas de doute que nous sommes plus pauvres aujourd'hui en partie parce que nous ne conservons pas nos acquis. Une société qui ne conserve pas n'accumule pas et ne peut prétendre à la richesse. Cette conclusion est implacable.

Le choix est clair. La cause est juste. Il nous faut conserver notre front de mer, notre bord de mer et notre bas de la ville. Ils constituent peut-être notre plus beau joyau et ils ne peuvent être transportés ni à Pétion-Ville ni a Furci. C'est parce justement nous sommes pauvres et nous ne pouvons pas facilement les refaire qu'il faut cette partie de l'héritage nationale. L'institution Saint Louis de Gonzague, l'École Elie Dubois, la Bibliothèque Nationale, le Lycée Toussaint Louverture, Les Presses Nationales (rue du Centre), le Collège Bird (rue de l'enterrement), la Radio Nationale(rue du magasin de l'état). le Parlement, le Ministère des Affaires Étrangères, la Mairie etc. sont des symboles forts qui disent long sur le parcours de la ville.

La BRH ne désespère pas de sensibiliser tous les détenteurs d'enjeux du bas de la ville à la nécessité de se colleter au problème. Elle demeure convaincue que ce espace urbain peut être reconquis et réhabilité pouce par pouce. C'est un travail de longue haleine. Il faut donc commencer maintenant. Quand ces efforts porteront fruit, cette petite victoire pourra redonner confiance en notre capacité de contrôler notre espace.

Charles Castel
Gouverneur de la BRH.

(C) PIKLIZ.COM
 
Souvenir de Port-au-Prince. I
Dec 11, 2009

Par Frankie Morone.
Port-au-Prince fut fondée en 1749 par les colons français, sur l'habitation Rand ...more

ot, tout près du Bel-Air. Elle s'étendit assez vite. En 1770, elle remplaça Le Cap Français comme Capitale de la colonie de Saint-Domingue. Pendant la Révolution Française elle fut rebaptisée "Port Républicain". Elle devint en 1804 la capitale de la toute nouvelle nation Haïti. L'Empereur Jean-Jacques 1er lui rendit le nom de Port-au-Prince.
Toutes les photos de ce album ont été scannées du livret de Peter C. Jeannopoulos intitulé "Port-au-Prince en Images" et demeurent sa proprieté.
C'est un livre pour tous les amants de Port-au-Prince et de notre pays Haïti. Il est illustré de plus de 100 reproductions agrandies de cartes postales antiques de Port-au-Prince. Dans cette brochure sont dépeint des constructions, des ponts et des vues qui n'existent plus .
En feuilletant cet exemplaire on peut voir des photos de la ville comme elle était au début des années 1900.
Toutes les photos (qui ont plus de 75 ans), sont imprimées en noir et blanc.
Sans vouloir faire de la publicite, je pense que c'est un fascicule tres interessant. Le prix est d'environ $ 30.00, plus les frais de postages.
Pour tous renseignements, vous pouvez contacter:
Peter C. Jeannopoulos
34-38 92nd Street
Jackson Heights, New York 11372
le site internet est:
peterj@rcn.com
J'ai été émerveillé par la beauté de notre pays (dans le temps) et j'ai voulu partager ces images avec les fidèles visiteurs de Pikliz.
Dans quelques semaines une deuxième partie sera publiée sur ce site. Patientez un peu.
Comme toujours les commentaires font plaisir. N'hésitez donc pas à en faire un. Merci de votre visite et j'espère que cet album vous plaira.
A bientôt.

(C) PIKLIZ.COM
 
Souvenir de Port-au-Prince. II
Dec 28, 2009

Album Préparé par Frankie Morone.

Port-au-Prince fut fondée en 1749 par les colons français, sur ...more

l'habitation Randot, tout près du Bel-Air. Elle s'étendit assez vite. En 1770, elle remplaça Le Cap Français ...more
comme Capitale de la colonie de Saint-Domingue. Pendant la Révolution Française elle fut rebaptisée "Port Républicain". Elle devint en 1804 la capitale de la toute nouvelle nation Haïti. L'Empereur Jean-Jacques 1er lui rendit le nom de Port-au-Prince.
Toutes les photos de ce album ont été scannées du livret de Peter C. Jeannopoulos intitulé "Port-au-Prince en Images" et demeurent sa proprieté.
C'est un livre pour tous les amants de Port-au-Prince et de notre pays Haïti. Il est illustré de plus de 100 reproductions agrandies de cartes postales antiques de Port-au-Prince. Dans cette brochure sont dépeint des constructions, des ponts et des vues qui n'existent plus .
En feuilletant cet exemplaire on peut voir des photos de la ville comme elle était au début des années 1900.
Toutes les photos (qui ont plus de 75 ans), sont imprimées en noir et blanc.
Sans vouloir faire de la publicite, je pense que c'est un fascicule tres intéressant. Le prix est à environ $ 30.00, plus les frais de postages.
Pour tous renseignements, vous pouvez contacter:
Peter C. Jeannopoulos
34-38 92nd Street
Jackson Heights, New York 11372
le site internet est:
peterj@rcn.com
J'ai été émerveillé par la beauté de notre pays (dans le temps) et j'ai voulu partager ces images avec les fidèles visiteurs de Pikliz.
Comme toujours les commentaires font plaisir. N'hésitez donc pas à en faire un. J'espère que cette deuxième partie vous plaira. D'ores et déjà bonne visite et à bientôt.

Advertise on Fotki
Advertise on Fotki