Home > DISCOVER THE WORLD WITH PIKLIZ. > HAITI > Il était une fois Haiti...(3ème p… > Comments

Il était une fois Haiti...(3ème partie).

Par Frankie Morone.
Photos par Edouard Peloux.

PORT-AU-PRINCE.

Une nation ne peut pas vivre qu'au présent. Si elle ne sait pas d'où elle vient, elle saura difficilement où elle va. Cela est encore plus vrai dans les moments d'adversité, où les problèmes semblaient insolubles, où les défis paraissent insurmontables. Face aux errements du présent, le passé est source de repère, de prestige et de confiance. On exalte les succès passés non pas pour s'installer dans une auto-admiration narcissique et stérile mais plutôt pour se ressourcer, puiser un supplément d'âme et motiver à redoubler d'ardeur pour transformer les mécomptes en succès et progresser pour le bien-être de tous.

C'est dans ce sens que nous est imposé un devoir de mémoire vis-à-vis des jeunes et futures générations; que la préservation du patrimoine physique et de la mémoire collective représente un bien public, au-delà des avantages économiques, notamment touristiques, qu'on peut tirer. C'est dans cette perspective que nous saluons l'initiative et les efforts qui ont abouti à la publication de l'oeuvre d'Edouard Peloux. Fidèle à son engagement de conservation des valeurs nationales, la BRH a décidé d'appuyer cette publication dans le cadre de son trentième anniversaire.

Nous en savons gré à Monsieur Edouard Peloux d'avoir été le chroniqueur attentif de la saga de notre pays au cours de la période 1930 -1980, d'avoir su saisir et immortaliser des scènes de la vie de tous les jours ainsi que dans les rues, les édifices, les places publiques qui en ont été les théâtres. Cette oeuvre vient réduire le déficit d'images sur certains moments importants de notre passé. On dit souvent qu'une image vaut mieux que mille mots. Les photos ont l'avantage d'être plus parlantes, plus édifiantes, plus fidèles et plus objectives que les mots. L'oeuvre de Peloux nous renseigne sur ce qu'on été nos espaces urbains et nous rappelle que nous avons su faire des oeuvres belles et décentes bien après la geste de 1803. Cette oeuvre nous interpelle. Et c'est la sa grande valeur.

D'un autre côté, on ne peut s'empêcher de comparer l'avant et l'après, le passe et le présent. Et la métamorphose nous comble de tristesse. Il est déplorable que nous ayons pas su protéger certains de nos acquis urbains. Cette défaillance n'a pas rassuré les investisseurs. Pis encore, elle a découragé de nouvelles initiatives ambitieuses et audacieuses, et a encouragé l'abandon du centre-ville. Comme si on pouvait aller bien loin. Comme si il y avait un havre ou la réalité ne peut nous attraper.

Certes, la dégradation urbaine n'est qu'un épiphénomène qui reflète des déséquilibres plus profonds de notre économie, notre aménagement du territoire. D'une part, un déséquilibre marque entre la croissance de la population et celle de la production de l'emploi. En effet, notre produit intérieur brut (PIB) réel a pratiquement stagné de 1980 a 2006 (avec une décroissance notable de 1991 a 1994) alors que, dans le même temps, notre population est passe de 5.2 millions à 9 millions d'habitants. D'autre part, une forte concentration des activités productives et des infrastructures et des services sociaux de base dans les villes, en particulier à Port-au-Prince, ce qui a valu a cette ville d'être appelée la République de Port-au-Prince.

Il est hors de question d'occulter les causes profondes de la détérioration urbaine à laquelle nous faisons face. Au contraire, il nous faut les reconnaître et nous employer à rechercher et mettre en oeuvre des solutions durables dans le cadre de politiques publiques pragmatiques et cohérentes. Parallèlement, nous ne devons pas nous dispenser des efforts de conservation et de mise en valeurs de notre patrimoine urbain.

En choisissant, en tant qu'institution nationale, de maintenir son siège et d'approfondir sa présence au bas de la ville, la BRH a refuse la démission et la fuite en avant et s'est engage dans la lutte pour la conservation et la mise en valeur d'un espace urbain vieux de plus de deux siècles. Au bout du compte, nous n'aurons pas plus que ce que nous aurons su faire conserver. Il ne fait pas de doute que nous sommes plus pauvres aujourd'hui en partie parce que nous ne conservons pas nos acquis. Une société qui ne conserve pas n'accumule pas et ne peut prétendre à la richesse. Cette conclusion est implacable.

Le choix est clair. La cause est juste. Il nous faut conserver notre front de mer, notre bord de mer et notre bas de la ville. Ils constituent peut-être notre plus beau joyau et ils ne peuvent être transportés ni à Pétion-Ville ni a Furci. C'est parce justement nous sommes pauvres et nous ne pouvons pas facilement les refaire qu'il faut cette partie de l'héritage nationale. L'institution Saint Louis de Gonzague, l'École Elie Dubois, la Bibliothèque Nationale, le Lycée Toussaint Louverture, Les Presses Nationales (rue du Centre), le Collège Bird (rue de l'enterrement), la Radio Nationale(rue du magasin de l'état). le Parlement, le Ministère des Affaires Étrangères, la Mairie etc. sont des symboles forts qui disent long sur le parcours de la ville.

La BRH ne désespère pas de sensibiliser tous les détenteurs d'enjeux du bas de la ville à la nécessité de se colleter au problème. Elle demeure convaincue que ce espace urbain peut être reconquis et réhabilité pouce par pouce. C'est un travail de longue haleine. Il faut donc commencer maintenant. Quand ces efforts porteront fruit, cette petite victoire pourra redonner confiance en notre capacité de contrôler notre espace.

Charles Castel
Gouverneur de la BRH.

  • (Anonymously) (Private)
    4 years 10 months ago
    Vue de la Grand-Rue.
    Madame / Monsieur, Je me nomme Roland Hyppolite. Je suis sur le point de faire publier mon premier roman intitule: Il etait une fois Ayti. Je suis tombe sur vos photos trouvees sur le site Pikliz. Je vous saurais infiniment gre si vous pouviez me les faire parvenir, en attache, a l'adresse suivante: mailto: Esperant que ma requete retiendra votre bonne attention, je vous salue patriotiquement. Roland Hyppolite
    • Frankie Morone (Private)
      4 years 10 months ago
      Malheuresement Mr. Hyppolite je me vois dans l'impossibilité de vous les faire parvenir; elles ne nous appartiennent pas légalement. Je vous conseillerais de contacter la fille d'Edouard Peloux. Elle seule a le droit d'auteur. Merci de la visite et bonne chance.
  • (Anonymously) (Private)
    4 years 10 months ago
    Vue aérienne du théâtre de Verdure
    c'est vraiment jolie
  • (Anonymously) (Private)
    6 years 11 months ago
     c,est bien la banque nationale  remerciements a mr  frankie  pour m,avoir fait contempler toutes ces belles photos d,autrefois surtout pour nos jeunes qui  voient aujourd,hui  un tel desastre , ils sauront  que dans les annees anterieures port au prince etait de toute beaute  je ne cesserai jamais de te remercier   bon courage
  • (Anonymously) (Private)
    6 years 11 months ago
    Le palais National (l'une des photos préferées de Edouard Peloux.)
    haiti ma patrie tu mas fait pleure   je suis certain  qu un  jour vien dra  ou tes fils se reuniront ensemble pour te dire  leves toi  et marche 
  • (Anonymously) (Private)
    7 years 8 months ago
    Place Saint Pièrre, Pétion Ville.
    Ce qui me frappe le plus,ce n'est pas pour m'attareder sur le passe, mais c'est pour me questionner comment un peuple peut il atteindre un tel niveau de degenerescence apres tant d'annee glorieuse
  • (Anonymously) (Private)
    7 years 8 months ago
    Place Saint Pièrre, Pétion Ville.
    Je suis emue jusqu'aux larmes!!!!!!!!!!! Mon cher pays, mon enfance.
  • (Anonymously) (Private)
    7 years 9 months ago
    Interieur de la Cathédrale de Port-au-Prince.
    1 cathedrale digne de n' importe quelle cathédrale dans les grands pays
  • (Anonymously) (Private)
    7 years 10 months ago
    Place Saint Pièrre, Pétion Ville.
    Merveilleux souvenirs de notre Haiti Cherie.

    Merci
  • Joel Dure (Private)
    7 years 11 months ago
    Le palais National (l'une des photos préferées de Edouard Peloux.)
    Le Palais National restera pour toujours grave dans mon coeur comme symbole de beaute, de force et de resistance de mon peuple et de la premiere republique noire independante. L'histoire ne s'efface pas. Elle est toujours presente.

    Le batiment s'est effondre, son histoire vit eternellement dans les coeurs haitiens et dans le mien comme haitien.

    Le monde a vu toute nue mon Haiti. Elle portera bientot sa robe noire d'elegance, son chapeau rouge d'energie et sa demarche verte d'esperance. Elle dansera sa danse de victoire.

    Haiti, ma belle, tiens-toi debout!!!!!!!





  • Serenite (Private)
    7 years 11 months ago
    Le palais National (l'une des photos préferées de Edouard Peloux.)
    Un monument de notre histoire que la furie cataclysmique n'a pas épargné. Presque centenaire, le Palais National de son apparat blanc majestueux s'érigeait dans toute sa magnificence...Il a vu défiler chefs d'états, diplomates, militaires, fonctionnaires d'état, étudiants...
    Malgré notre désarroi devant les ruines de la maison blanche d'Haiti, autrefois symbole pérenne historique, il nous est imperieux de penser aux pertes catastrophiques de vies humaines qui nous affligent cruellement. Tant de bléssés et rescapés des décombres, tant de familles haitiennes endeuillées.....nos entrailles frémissent de tant de douleurs, de chagrin et d'agonie.
    Ces photos publiées sur Pikliz demeurent une riche référence documentaire. Merci Frankie pour une présentation fantastique de Port-au-Prince et ses ravissantes images de jadis.

    • Frankie (Private)
      7 years 11 months ago
      Mille mercis Sérénité pour la visite et aussi ton gentil commentaire. En effet, ce palais digne et imposant construit en 1918 n'avait rien à envier à certaines structures érigées en France métropolitaine et meme à la Maison Blanche à Washington. Il faisait et continuera à faire notre fierté.

      Maintenant, il faut commencer à reconstruire. Comme je l'ai déjà dit, le chemin à parcourir sera difficile et tres long; il faut avoir du courage et surtout garder le flambeau de l'espoir allumé. Il nous faudra rebatir selon de nouveaux codes de constructions parasismiques, non seulement ce palais mais aussi des écoles, des hopitaux, des immeubles de bureaux et de logements pour les démunis, des autoroutes, et surtout un mausolée etc. etc. Il faut enfin reconstruire la ville de P-au-P plus moderne, plus belle et attrayante que jamais.
      Une, qui fera le fierté de tous les Haitiens.
  • Sérénité (Private)
    7 years 11 months ago
    Les photos de cet album représentent aujourdhui un point d'ancrage à ces édifices démolis lors des secousses sismiques du 12 Janvier 2010. Nonobstant "l'auto-admiration narcissique et stérile", nous ne pouvons désormais, nous empêcher de les visionner avec beaucoup de dévotion pour la pléiade de souvenirs historiques qu'elles incarnent.
    Les images de Port-au-Prince aujourd'hui sont apocalyptiques. La prophétie des "moments d'adversité" de Charles Castel subjugue notre perception. Nous devrions désormais valoriser cette dichotomie entre ce passé glorieux de nos monuments en ruines et un futur prometteur de réédification durable.
    Sincères remerciements Frankie, pour cette excellente documentation mémorable et inépuisable.




  • LAMBI (Private)
    7 years 11 months ago
    Le palais National (l'une des photos préferées de Edouard Peloux.)
    Ne serait-ce pas une bonne idee de lancer un debat sur les colonnes de pikliz, puisque c'est un site assez populaire et qui est visite des milliers de fois par des haitiens a travers le monde.

    La question qui se pose est la suivante: Haiti doit etre reconstruite. Certaines gens pensent que Haïti devrait être temporairement dirigée par une organisation internationale (2 a 3 decades) qui pourrait gouverner l'île et superviser sa reconstruction.

    D'autres pensent et militent avec ferveur qu'après des années de projets défaillants imposés par l'étranger, il faut que nous prenons en charge notre destine en développant et en mettant en place nos propres projets.

    Peut-on faire confiance aux dirigeants Haitiens surtout pendant ces 50 dernieres annees le pays a regresse ou bien faut- il que L'ONU prennent en main le destin de l'île à moyen terme.

    LE DEBAT EST LANCE. FAITES PARVENIR VOTRE OPINION LA DESSUS...Utilisez si possible un nom de plume.
    • Cristobal (Private)
      7 years 11 months ago


      Lambi ! je te felicite d'avoir pris cette initiative en ouvrant un debat sur Pikliz. Je partage l'opinion de Mme Pierre Louis qui pense qu' Haiti doit etre un co-pilote dans la reconstruction de P-au-P. Chers compatriotes, mefions nous de ces opportunistes qui refusent que le pays aille dans la bonne direction. Faites attention a ces faux nationalistes qui aimeraient garder le status quo. L'administration Haitienne est tellement corrompue que l' homme droit et honnete n'avait plus sa place dans la gestion de ce pays. Donc je comprends tres mal que l'on puisse me faire croire que nous pouvons seul reconstruire ce pays. Soyons serieux Messieurs! Au nom de tous ceux qui sont morts dans cette tragedie, reflechissons bien et prenons la voie la plus intelligente qui nous permettera le plus vite que possible de sortir Haiti dans cette catastrophe. Certains ne comprennent meme pas encore l'importance des degats.
      • Lambi (Private)
        7 years 11 months ago
        Merci Cristobal pour ta participation. A mon humble avis, ce sont ces faux nationalistes qui sont la source du probleme haitien. L' administration Haitienne n'a rien fait PENDANT CES DERNIERES 5O ANNEES POUR AMELIORER LES CONDITIONS DE VIE DES "PITITES SOLLLETES, DES MELANISES", au contraire. Sans attaquer le president personellement regarder son comportement.
        Serait-il mieux de renoncer a l'independance et admettre que nous les haitiens n'avons pas la capacite de diriger la nation...ou du moins le refusent...Laisser L'ONU prendre les rennes pas en tant que "Nation Building" mais bien en tant que "State Building".
        Toute la communaute internationale et la quasi totalite des Haitiens (naturellement a l'exception de ceux qui font partie du gouvernement actuel) sont tous d'accord que la "CORRUPTION" est flagrante et il ne faudrait pas confier la reconstruction aux Haitiens. En fin de compte j'opterais pour laisser L'ONU en charge pour une periode bien determinee.
  • 7 years 11 months ago
    Interieur de la Cathédrale de Port-au-Prince.
    Compliments Frankie pour un travail bien soigné. Kimbé la!
    • Frankie (Private)
      7 years 11 months ago
      Merci François pour le compliment; personnellemt je pense qu'il faut donner crédit aussi à Mr. Edouard Peloux. Il nous a certainement légué en photos toute une tranche de notre histoire (plus de 50 ans).

      Ces photos seront pour les générations à suivre une source de référence afin de voir ce qu'était notre Capitale, notre Haiti tout au long de la première moité du 20 ième siècle...si belle, si merveilleuse et propre.

      En fin de compte, il faut tenir PIKLIZ toujours à l'avant garde et aussi le flambeau de l'espoir allumé. Beaucoup de gens ont perdu la vie, d'autres sont portés disparus; plusieurs maisons, écoles, églises, immeubles et édifices publiques se sont éffondrés. Tant qu'on vit, il y a de l'espoir...il faudra reconstruire...le chemin sera et dur et long à parcourir...il faut reconstruire...plus solide... plus joli...plus attrayant...
  • (Anonymously) (Private)
    7 years 11 months ago
    Le palais National (l'une des photos préferées de Edouard Peloux.)
    Le Palais national, un imposant bâtiment blanc à trois dômes construit par l'architecte haïtien Georges Baussan, a été érigé en 1918 du temps de l'occupation américaine en Haïti, sur le modèle de la Maison Blanche, rappellent les guides touristiques. Affaissé de façon spectaculaire par la secousse tellurique, il fait face à la vaste esplanade du Champ-de-Mars, où s'entassent aujourd'hui des milliers de sans-abri parmi les ruines et les détritus. Preval a indiqué que les Français avaient proposé de reconstruire à l'identique le palais présidentiel, qui s'est écroulé lors du tremblement de terre à Port-au-Prince le 12 janvier.
  • Elsie J (Private)
    7 years 11 months ago
    Interieur de la Cathédrale de Port-au-Prince.
    Drole de coincidences le New-York Times a publie une photo de l'interieur de la cathedrale apres le seisme , et maitenant je peux voir une photo de ce qu'elle a ete des annees avant ma naissance . Merci!!